La connexion internet embarquée : bientôt une option standard

La connexion internet embarquée deviendrait-elle bientôt une option standard dans toute nouvelle voiture ? En effet, selon une étude menée par l’Idate, le nombre de « Connected Cars » dépasserait les 420 millions d’autos d’ici 2018. En 2013, ce nombre avoisinait déjà les 45 millions d’unités. Cette hausse de 57% par an encourage les constructeurs à équiper leurs nouveaux produits d’une connexion, en collaboration avec les éditeurs de solutions et les équipementiers.

Le marché de l’équipement voit un nouvel essor dans l’exploitation à grande échelle des technologies de communication M2M qui permettent aux accessoires de communiquer entre eux, qu’il s’agisse de smartphone classique ou d’un appareil hybride. Les principaux bénéficiaires restent les opérateurs en télécommunication qui voient une forme de collaboration très prometteuse avec les constructeurs. Certains ont déjà commencé, à l’instar des modèles Tesla S équipés de 3G de chez Orange. Le marché s’avère d’autant plus juteux si l’on s’en tient au rapport de l’Idate qui estime un volume global de 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour la connectivité embarquée à partir de 2018.

Mais cette nouvelle orientation n’entre pas uniquement dans le sens d’une innovation technologique, elle obéit également à une réglementation européenne eCall, en vigueur depuis la fin de l’année 2015. Cette réglementation impose la présence d’un système de connectivité dans toute nouvelle voiture, et ce, afin de permettre une géolocalisation et de faciliter l’appel d’assistance en cas de sinistres sur la route. C’est ainsi que des accords ont été déjà passés entre diverses marques et différents opérateurs téléphoniques. C’est le cas par exemple de BMW avec Vodaphone. Accompagnée d’autres applications pratiques ou divertissantes, à terme, la connectivité embarquée peut dégager des profits pour les constructeurs et ne constituerait plus uniquement une obligation légale.

Seulement, éduquer les consommateurs à adopter cette nouvelle option n’est pas une partie gagnée d’avance, surtout que cette innovation aura forcément un impact sur le prix d’achat.