Les voitures hybrides rechargeables aidées

Dans l’ombre des véhicules électriques, les voitures hybrides ne seront pas oubliées en 2015. Le bonus écologique diminuera (2000 à 1500 euros) pour les véhicules hybrides simples, tandis que les modèles rechargeables se verront accorder un super-bonus de 2 500 euros. Cette prime s’ajoutera aux 4 000 euros de « bonus écologique » déjà mis en place. Là aussi, il s’agira de respecter un cahier des charges aussi drastique qu pour les voitures électriques. A savoir habiter dans une zone polluée et se débarrasser d’un véhicule diesel de plus de 13 ans.

Un état des lieux démontre que les véhicules hybrides rechargeables n’ont pas connu une progression exponentielle et qu’elles sont même rares sur le territoire français. Le gouvernement souhaite ainsi encourager leur progression et diminuer leur taux de pollution. Tous ces efforts s’inscrivent dans une démarche d’envergure européenne. Les véhicules hybrides seront bridés au niveau de l’émission de C02. Elle ne devra pas dépasser les 95 grammes d’émissions en 2020. C’est une exigence de la Commission européenne qu’anticipent les constructeurs allemands et japonais.

Encouragé par le succès de sa Porsche Panamera S E-Hybrid, le groupe Volkswagen envisage de répandre cette technologie de motorisation hybride sur la Passat, l’Audi A3 e-tron, les Volkswagen Golf GTE et Tiguan Plug-in. BMW avec son 4X4 X5eDrive et Mercedes avec sa grosse S500 suivent l’exemple. N’oublions pas de citer au tableau d’honneur, Toyota avec sa Prius et plus récemment, Volvo avec la V60. Toutes ces voitures hybrides rechargeables ne dépassent pas 60 grammes de CO2 /km. La France est en retard et fait figure de mauvais élève.