Paris fait la chasse aux « gros »

La guerre est déclarée à Paris ! La mairesse Anne Hidalgo souhaite préserver l’air dans la capitale. Elle envisage une mesure pour le moins radicale : interdire à partir du 1er juillet 2015, la circulation des… « cars et des poids lourds les plus polluants ». Soit les gros véhicules. Il serait ainsi établie une zone à basse émission, ce qui a été déjà été instauré dans près de 200 villes européennes. L’élue voit plus loin. En 2016, l’interdiction de circuler s’appliquerait à tous les véhicules les plus polluants.

Le ton conditionnel reste de mise car le périmètre d’application de cette mesure doit obtenir le feu vert de l’État. Celui-ci veut ménager l’accès à Paris tout en limitant cette interdiction à Paris « intra-muros ». En clair, le périphérique et les bois de Paris seraient épargnés. De telles décisions se justifient par le fait que Paris est polluée. L’air contient des particules fines liées, entre autre, à la « diésélisation » du parc automobile. Il s’agit donc d’un enjeu de santé publique. Améliorer la qualité de l’air se ferait au détriment du secteur économique. Les poids lourds seraient ainsi dans l’impossibilité d’assurer leurs livraisons. Les conséquences seraient désastreuses pour les professionnels du transport. A cette problématique, Anne Hidalgo répond par la mise en place d’une aide financière à l’acquisition d’un véhicule propre. Elle s’ajouterait à celle de l’Etat. Soit un total de 50 % du prix total d’achat du véhicule. En conclusion, Paris a pris une position tranchée contre la pollution et entend éradiquer totalement le diesel de Paris d’ici à 2020.