Recyclage des matériaux automobile : rien ne se perd !

Tout se recycle, même nos compagnons à quatre… roues ! Le spécialiste Rémy Le Moigne a récemment évoqué cette économie circulaire. Elle part d’un constat. Avec en moyenne 1,3 tonnes de matériaux réutilisables (acier, plomb, etc.), les véhicules épuisent nos réserves naturelles de métaux.

L’industrie automobile se tourne ainsi vers les différentes boucles de l’économie circulaire comme le recyclage et la réutilisation des métaux. Désormais, la réglementation européenne impose que 80 % en poids des matériaux des véhicules en fin de vie soit recyclé. Une quantité de ces matériaux retournent dans la fabrication de véhicules neufs. Le taux d’utilisation est tributaire du matériau.

Des progrès sont attendus quant à l’amélioration de la qualité des matériaux recyclés et le recyclage des déchets de productions. Conscient de ces lacunes, des industriels européens ont mis en place un dispositif de remanufacturing comme Renault et Bosch. Ce dernier, à titre d’exemple, a développé un programme de refabrication de 11 000 de ses produits : alternateurs, démarreurs, distributeur d’allumage, étriers de frein, etc.

Pour sa part, Renault remet à neuf des moteurs, des pompes à injections ou des boites de vitesse usagées. Rien ne se perd. D’autres marques comme Jaguar entendent s’engouffrer dans cette économie de recyclage afin de préserver les matières premières de la planète. Vous pouvez donc rouler en toute sécurité à bord d’une voiture dont certains composants datent de 1949.