La voiture autonome débarquera en France en…

La science rejoint la science-fiction. C’est officiel! Les prototypes de voitures autonomes apparaissent cet été sur les routes californiennes. Celles qui illustraient les livres et films futuristes alimentent les débats. Le dernier rendez-vous de l’innovation orchestré par le cabinet Odoxa, a mis en exergue l’avenir de ces véhicules autonomes et connectée.
Évoquer cette voiture sans conducteur, c’est forcément se tourner vers les U.S.A. Les géants américains du numérique tels que Google annoncent sans détour que «la voiture autonome, c’est pour demain». Qu’en pensent les Français? D’après une étude d’Oxoda, 57% estiment que les voitures autonomes prendront une place importante sur le marché français. Quant aux délais, les sondés se montrent plus prudents. Ainsi, 5% annoncent que les voitures autonomes se généraliseront à partir de 2020, 18% d’ici à 2030 et 34% voient débarquer les véhicules connectés à partir de… 2030.

Comment expliquer ce peu d’empressement? En premier lieu, il convient de souligner que près des deux tiers (64%) des Français sondés ont avoué qu’ils se sentiraient gênés à l’idée d’être assis à la place du conducteur sans tenir le volant. On n’efface pas aussi facilement un siècle d’habitudes de conduite. Certes, les plus optimistes, soit 17%, se consolent avec l’idée qu’il pourront s’adonner à d’autres activités tout au long du trajet. Que leur véhicule pourra les déposer et se garer tout seul en indiquant par texto où il se trouve. Les plus pessimistes (40%) ont peur de l’inconnu. Ils attendent que les constructeurs s’arment d’un maximum de sécurité. Ils s’inquiètent également du piratage informatique des véhicules…
En résumé, le conducteur est mal à l’aise à l’idée de ne plus maîtriser totalement le véhicule mais il doit vivre avec son temps.